Venez parler de Code Lyoko sur ce Forum dédié à la série!
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Une histoire peut-elle commencer ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tifa-Lightnore

avatar

Nombre de messages : 2
Age : 22
Date d'inscription : 18/07/2013

MessageSujet: Une histoire peut-elle commencer ?   Mar 6 Aoû - 14:52

Buongiorno a tutti, velò la mia prima finzione, è una storia di amore, ma ad ogni homophobe passare la vostra strada, per gli altro buona lettura ^^



Chapitre 1.

PDV Zane.


Hm... Non pas maintenant, je tape ma main contre le matelas cherchant mon téléphone afin de voir quel heure il était. Mes yeux se referment rapidement en voyant la claireté de mon écran, hm sept heure, bon... Il est temps que je me lève. Je me redresse lentement et métire longuement en baillant. Je sort de mes draps, et me dirige vers la salle de bain afin de me raffraichir. Aujourd'hui était ma première rentrée au lycée, venant tout juste de quitée le collège.

Quand je fut dans la petite pièce, je m'approche de la douche, et commence à me dénuder. Faisant couler l'eau, je règle la température, et après avoir trouvé bonheur, laissa mon corps s'envahir par la chaleur de l'eau. Ahh... Si seulement le temps pouvais s'arrêter, je donnerais tout pour revivre l'été que j'ai passé, un été parfait, je croix bien, que c'est la première fois que je m'amuse autant.

Quand je fut entièrement propre, je coupe l'arrivée d'eau, m'enroule dans une serviette mauve et sort de la petite cabine et commence à me secher. Je me place devant le miroir et contemple mon reflet. J'ai les cheveux brun long, m'arrivant aux épaules, mes yeux légèrement tirés en arrière sont de couleur noisette, je suis assez grande, et fine, mon style est décontracter et fashion à la fois, se que je porte, et en rapport avec ma personnalité. Je retourne dans ma chambre, et laissant la serviette tomber sur le sol, je me dirige vers la chaise de mon bureau pour m'habiller.

La veille avant de me coucher, j'ai choisi un jean noir parsemé de diamant tout autout des coutures, un petit chemisier blanc, un pull à col bateau gris, la plus part de mes vêtements son de couleur neutre, je revint dans la salle de bain, me saisit d'une brosse et me peigne doucement. Je laisse mes cheveux lâché pour aujourd'hui. Je prend une petite malette rose à pois noir, et l'ouvre. A l'intérieur se trouver mon maquillage, je prend un fin crayon noir, et commence à me faire le contour des yeux. Et juste un peu de rouge à lèvres rose qui se voie très peu, j'aimer bien me maquiller mais pas au point de ressembler à un pot de peinture.

Je me parfum légèrement, et une fois fini, je sort de la salle de bain, et alla me chausser. J'enfile des petites bottes noir avec un très fin talon de 2 centimètres minimum. Je me regarde sourit, et quand j'estime être prête, je prend mon sac, mon téléphone, et sort de ma chambre, pour cette fois me diriger vers la cuisine afin de prendre mon petit déjeuner. A cet heure là mes parents dormais encore, je pouvais voir en descendant l'escalier un pied dépasser le canapé blanc du salon, je pose mon sac , et me dirige vers le canapé afin de voir à qui se pied appartenais.

Ah... Ont dirais qu'ils se sont encore disputé, ma mère dors paisiblement, mais je voie bien qu'elle a pleuré vue tout les mouchoirs qui ornent la table et le sol.

Je la couvre avec une couverture, et me dirige par la suite dans la cuisine ou je prit une tasse et me verse du lait pour ensuite le faire chauffer.Hm... 1 minutes 30 suffit, donc en attendant, je prépare se que je voulais manger ainsi que mon jus d'orange. Quand le petit clique du micro-onde résonne, je m'approche de la machine, appui sur le poussoir, et prend ma tasse. C'est chaud, je pose l'objet sur la table de la cuisine, et prend enfin place sur une chaise. Je commence à verser les flocons poudreux de chocolat, mit un sucre, remue le tout, et commence à tremper un biscuit pour le portait à ma bouche. Je me demande se qui allait se passer aujourd'hui ? Tout ce que je peux espérer c'est que tout se passe bien, et que je passe inapercut, je n'aime pas particulièrement être le centre d'intêrét du campus, je préfère de bonne vieille relation amical rien de plus.

Quand je termine de déjeuner, je me lève, met ma tasse dans le lave-vaisselle, passe un rapide coup sur la table, prend mon sac, et parti de la maison. Je grimpe sur mon vélo met mon sac sur mon dos, et parti direction le lycée. Il fait bon, l'air est ni trop chaude ni trop froide, mes cheveux danse au grès du vent, et j'accélaire un peu plus.

Après quelques minutes de bien être, j'arrive enfin devant le bâtiment, je descent du bolide, et alla le mettre dans les gradins concu exprès pour les vélos, je positionne mon sac sur mon épaule, souffle un bon coup, et pénètre à l'intérieur du campus. Je regarde tour à tour les moindre recoints, beaucoup d'élèves sont déjà en groupe, je voie un banc libre, et me dirige vers lui. Prenant place, je sort un livre de mon sac, et commence à le lire.

- Salut, hm tu est nouvelle ?

Je me tourne vers la voix qui m'avais parlé, et remarque une jeune fille aux cheveux à la couleur assez particulière, ceux-ci sont bleu foncé, je l'observe et répond :

- Come ? ( Comment ? )
- Ah, euh... You is new? ( Tu est nouvelle ? )
- Sì, me vi chiamo Zane Kazama e? ( oui, je m'appelle Zane Kazama et toi ? )
- Olivia Strong, to enchant ! ( Olivia Strong, enchanté )
- io parimenti ( moi de même )


c'est vrai j'ai oublié de préciser, je suit d'origine Italienne, et emploie très souvent ma langue natal pour parler. Olivia me sourit, et elle repartie. Bizarre, elle voulais juste savoir si j'étais nouvelle ? Étrange, du moins sa me fait plaisir que l'ont vienne m'aborder, je me souvient encore que ma dernière année de collège presque personne n'oser me parler, aller savoir pourquoi.

Puis quand huit heure et quart sonna, je range mon livre, et me dirige lentement mais sûrement vers les couloirs.

- la classe E-5 veuillez venir quand je vous appelle !


Gloria Shinesse
Fabien Durtois
Angélique Passo
Olivia Strong
Martin Hitman
Zane Kazama

Ah... Il semblerais que je soit dans la classe E-5, je me dirige donc vers l'enseignant, tout en observant les élèves.Dans la file je remarque Olivia qui me fit un signe de main, je lui sourit et alla à sa rencontre.

- bon aller suivez moi

Et tout en discutant avec Olivia nous suivons le professeur vers notre classe. Une fois arrivé devant cette dernière, l'adulte pousse la porte, et nous entrâmes enfin à l'intérieur.


- Hm, as me follows piece of news(short story), you are willing that have him(it) puts itself close by? ( hm, comme je suit nouvelle, tu veux bien que l'ont se mette à côté ? )
- molto sicura. ( bien sûre )

ont s'échange un sourire, et je prit place à sa gauche près de la bai vitrée. Tout le monde prend place, et l'enseignant se place derrière son bureau, et commence à parler :

- bien, tout d'abort je vous souhaite la bienvenue au lycée Seyo, donc avant de commencer nous allons nous présenter chacun notre tour, je vais donc commencer, je suit Enriquer Fernandez, je serait votre professeur principal ainsi que votre professeur de biologie et de mathématique. Voila maintenant à vous. Déclare t-il
- Je m'appelle Martin Hitman, j'ai 15 ans, je viens dAutriche, et heu... J'aime jouer au foot, voilà.
- Moi c'est Angélique Passo j'ai 16 bougies, je viens tout droit d'Espagne et j'adore les bijoux *.*

haha elle est marrante elle. Les préntations continuèrent jusqu'à ce que se soit à Olivia et moi.

- Bonjour moi c'est Olivia Strong, je viens de Pékin, hm j'ai 17 ans, et j'aime lire et crée des arts graphique.

J'esquive un mince sourit, puis se fut mon tour de me présenter.

- Buongiorno, mi presento Zane Kazama, ho 16 anni, vengo dall'Italia la mia città di origine, amo il musica rock e fare la bottega coi miei amici, velò. ( Bonjour, je me présente Zane Kazama, j'ai 16 ans, je viens d'Italie ma ville d'origine, j'aime la musique rock et faire les boutiques avec mes amis, voila. )
- Ah nous avons donc une biling parmis nous.

Je m'asseoi de nouveau, et le cour put enfin commencer. Pendant la première heure, monsieur Fernandez nous fit remplir des papiers, et nous donna à chacun un cahier de liaison. J'y inscrivi mon nom ainsi que mon prénom, puis après cela, je prend uns de mes cahiers, et écrit bien au milieu « Biologie » je m'amuse à faire quelques petites décoration, tel que le drapeau de mon pays et des petites fleurs de lotus.

- It is cute! ( c'est mignon )
- grazie. ( merci )

j'observe se qu'il y a d 'écrit sur le tableau, fort heureusement pour moi, que je comprend l'écriture japonaise, et je commence à recopier la première leçon qui est « La mitologie Grec ». C'était très agréable, la classe était calme, se qui change grandement de mon ancienne classe, qui était perturbable, et cela devenais très agaçant. Puis quand fut l'heure de la pause, Olivia, me demande de la suivre, j'hausse les épaules, et la suivit à travers le couloir. Ce n'est cas quelques pat du foyer que nous nous retrouvons prêt d'un groupe d'élèves.

salut, ont peut se joindre à vous ?
- Bien sûre, plus ont est fou, plus ont ries. S'exclame un jeune garçon au yeux bleu.
- Cool, moi c'est Olivia, et elle, c'est Zane, elle ne parle pas notre langue, elle est Italienne.

Je ne dis rien, et continue d'écouter. J'observe ce petit groupe de plus près, et au bout d'un moment, mon regard s'arrête sur une jeune fille aux long cheveux blond, je la trouvé vraiment très jolie, je me demande bien comment elle s'appelle.

- Eh bien la seule personne ici qui sache parler Italien, c'est Emi, donc...
- Tu veux bien nous présenter ?
- Oui, alors... Buongiorno, io è Emi, seguo l'unica a potere parlare italiana vista che è la mia lingua, qui hai allora Erween, Meg, Oscar e Julia. ( Bonjour, moi c'est Emi, je suit la seule à pouvoir parler italien vue que c'est ma langue, alors ici tu as Erween, Meg, Oscar et Julia. )
- Grazie, è carino a te, io è Zane Kazama lietissimo di conoscervi ( Merci, c'est gentil à toi, moi c'est Zane Kazama ravi de vous connaitre )

elle me sourit timidement, et détourne les yeux un peu rouge. Vraiment, je la trouve adorable et vraiment très belle, je ne sait pas pourquoi, mais mon cœur, ne pouvais s'empencher de s'exprimer assez violemment dans ma poitrine. Puis quand ce fut l'heure de rejoindre nos classe respective, j'attrape le bras d'Emi un peut rougissante, et lui demande :

- Euh... Emi, dimmi in... In quale classe sei? ( Euh... Emi, dis moi dans... Dans quel classe est tu ? )
- Nel B-4, e tu? ( dans la B-4 et toi ? )
- E-5 ( E-5 )

Je n'arrivais pas à contrôler mes rougeurs qui étaient très violente, je lui sourit et répond :

- Accetteresti di restare con me, vista che parliamo la stessa lingua? ( tu accepterais de rester avec moi, vue que nous parlons la même langue ? )
- molto sicura ! ( bien sûre )

je sourit, et tout en discutant de chose et d'autre, Emi et moi rejoignons nos classes. J'était heureuse de voir qu'au moins quelqu'un sache parler ma langue, et il fallait que ce soit elle. Ce n'est que du bonheur, de beaux et soyeux cheveux blond lui arrivant au milieu du dos, ses yeux sont de couleur caramel comme moi, de taille moyenne et très fine, non vraiment, on peut dire qu'elle ma tapé dans l'oeil.

Eh oui, désoler pour vous les garçons mais je suis lesbienne, et je l'assume. Pour moi ma personnalité c'est ma sexualité, ma dernière relation à durer six ans, mais malheureusement pour moi, ont ne s'entendaient plus et nous avons fini par rompre. Ce qui ma valut à pleurer pendant presque deux mois entiers, car j'en avait était très amoureuse. Maintenant c'était du passé, et il fallait que je vive dans le présent et rien que dans le présent. C'est comme sa que j'arriverais à affronter la vie et ses critiques.

L'heure c'était écoulé rapidement, et quand midi tapente sonna, je me lève et me dirige vers le refectoir en compagni d'Olivia. Eh bien, il y 'en a des bouches à nourrir ici, je me glisse dans la file et commmence à discuter avec Olivia.

-Zane !


Je me tourne à l'annonce de mon prénom, et un petit sourire apparue sur mes lèvres colorés en voyant Emi se dieiger vers nous. Elle se place juste à ma droite, et commence à parler :

- Ciò va sempre? ( ça va toujours ? )
- Sì, e questo è che egli y'en ha del mondo. ( oui, et c'est qu'il y'en a du monde. )
- Ah suo... Suo cambio del mio vecchio collegio, ma rapidamente, ho fame io ! ( Ah sa... Sa change de mon ancien collège, mais vite j'ai faim moi )

je sourit, et continue de discuter. Puis au bout d'un moment, un mec au cheveux brun apparaît devant nous, et commence à nous aborder :

- eh salut belle blonde, alors sa te dirais de sortir avec le mec le plus canon du lycée ?
- No ma ti sei visto? va' a vedere altrove se seguo, e poi comunque non seguo interessare al ragazzo. ( Non mais tu t'est vue ? Va voir ailleurs si j'y suit, et puis de toute manière je ne suit pas intéresser par les mec )
- Je ne sait pas ce que tu viens de dire, mais je dois prendre sa pour un oui.

Le mec s'approche un peut plus d'Emi, et s'apprête à coller sa bouche contre la sienne. Vraiment ils n'ont aucun tacte.

- Devo ripetermi? Ho dico no!! ( dois-je me répéter ? J'ai dis non )

et sans lui mâcher le travail, Emi lui flanca une mémorable gifle. Eh bien, c'est qu'elle a du caractère. Le mec se relève sous le regard de tous en poussant des jurons sur la jolie blonde qui s'en fichait royalement à vrai dire. Olivia la regarde avec des yeux exorbités ce qui me fit pousser un petit rire.

- eh bien... Tu m'impressionne Emi !
- Comprendi la nostra lingua? ( tu comprend notre langue ? )
- Olivia parla sì, dunque inglese comprende ciò che diciamo ! ( oui, Olivia parle anglais donc elle comprend ce que nous disons )
- Ok. ( ok )

Au bout de quelques minutes d'attende interminable nous entrâmes enfin à l'intérieur, je me demande se que nous avons à manger. Après m'être servi, je me dirige vers une table de trois. Emi et Olivia me rejoint, Emi se place face à moi et Olivia à ma droite.

- bonne appétit les filles !
- Domestica appetito ! ( bonne appétit ) dîmmes nous ensemble

Au menue, des brochettes de dinde accompagné d'une légère jardinière de légumes. Je ne pouvais m'empêcher de jetter quelques regards à Emi, sa dernière phrase résonne encore dans ma tête « et puis de toute manière je ne suit pas intéresser par les mecs » Se pourrais t-il ? Non non Zane ne rêve pas trop, mais n'empêche je ne pouvais que me questionner sur ses dires.

- Eh jolie Zane, tu m'as tapé dans l'oeil, tu veux être mon premier rancart ?

Je lève un sourcils et me tourne vers cet insecte, non mais quel manque cruelle de tacte ses mecs, je le dévisage, et lui répond :

- No ma, non hanno mai tuo appresi a come si abborda una ragazza? Apparentemente no, è deplorevole, e poi non seguo interessare da lontano ai ragazzi, va' a dragare altrove dunque ! ( Non mais, ont ne ta jamais appris à comment on aborde une jeune fille ? Apparemment non, c'est déplorable, et puis je ne suit de loin intéresser par les mecs, donc va draguer ailleurs )

à sa tête, il ne compris aucun mots à ce que je venais de lui dire. Et sans perdre son temps, il repartie à son activité. Je me tourne pour poursuivre mon déjeuner tranquillement, quand Olivia se s'exclame :

- vous êtes trop bizarre toutes les deux !
- Perché? ( pourquoi ) demande Emi
- Vous ête quand même au courant, que vous venez de repousser deux mecs très mignon !
- Ed allora? ( et alors ) dis-je surprise
- Mais, vous allez bien toute les deux ??
Non si è interessare ai ragazzi questo non è un crimine ! ( ont n'est pas intéresser par les mecs, c'est pas un crime ) s'enqui Emi
- Ha ragione, ed i ragazzi sono poi comunque talmente futil ! ( elle a raison, et puis de toute manière, les mecs sont tellement futil )
- euh... Ouais si tu le dis !
- Buono vado lì, non abbia più fame ! ( bon j'y vais, je n'aie plus faim )
- Mi aspetta ! ( attend moi ) l'interpelais-je.

Elle me sourit, et je la rejoint avec mon plateau, je me demande bien, ce qui la rendu si en colère, je lui poserais la question une fois dehors. Quand ce fut fait, je suivit Emi qui se diriger vers un abrit ou dispose des casiers, elle se pose sur une marche d'escalier, et sans rien dire je m'assoie près d'elle.

- Devi trovarmi probabilmente bizzarro, seguo spiacente ! ( tu dois me trouver bizarre, je suit désolé )
- Non dire il suo Emi, comprendo. ( ne dis pas sa Emi je comprend )
- Di' Zane... Tu... Saresti custodire un segreto? ( dis Zane... Tu...Tu serait garder un secret )
- Molto sicuro, il tuo segreto resterà tra i suoi muri ! ( bien entendue, ton secret restera entre ses murs ) lui souriais-je
- Fatta ne... ( en faite ... )

Je voyais bien qu ce qu'elle essayer de me dire était pour elle difficile, mais je la rassura en posant ma main sur la sienne lui offrant un sourire chaleureux.

- Vai lì, ti ascolterei ! ( vas y je t'écouterais )
- Sei veramente carino, fatta ne, tutto all'ora quando ho respingere il ragazzo... ( tu est vraiment gentil, en faite tout à l'heure quand j'ai repousser le gars )
- Se è su questo argomento, non hai a giustificarti ( si c'est sur ce sujet, tu n'as pas à te justifier )
- no, dopo tutto sei una che comprende la mia lingua, e ti apprezzo poi molto, in realtà seguo lesbica, non seguo affatto attirato dai ragazzi. ( non, après tout tu es l'une qui comprend ma langue, et puis je t'apprécie beaucoup, en réalité je suit lesbienne, je ne suit pas du tout attiré par les mecs. )

boum... Boum boum, je ne peut empêcher mon cœur de cogner fortement dans ma poitrine, sa phrase est comme un doux murmure au creux de mon oreille, je la regarde longuement et lui répond le sourire aux lèvres et quelque peux rougissante :

- Non inquietarti, non vado a giudicarti, poiché, devo confessartelo lo seguo anche ! ( ne t'inquiète pas, je ne vais pas te juger, dois-je te l'avouer je le suit aussi )
- È vero?? infine voglio dire... ( c'est vrai ?? Enfin jer veux dire... )
- Non ti sente imbarazzato di si che sei, comprendo ( ne te sent pas gêné, je comprend )
- È abbastanza duro per me di dirlo, perché la mia ultima relazione che è durata quattro anni questo è finita molto male ( c'est assez dure pour moi de le dire, car ma dernière relation qui a duré quatre ans c'est terminée très mal )
- Vale a dire? ( c'est à dire ? )

sa main qui était dans la mienne se ressere, ses yeux se baisse, comme si elle avait honte de se qu'elle disait. Je lui relève le menton et lui dis à voix douce :

- Eh Emi, non è paura, non ti giudicherei, non seguo questo genere di nessuno. ( eh Emi, n'est pas peur, je ne te jugerais pas, je ne suit pa ce genre de personne )
- Suo risalgo 1 anno fa di suo, ero appena uscito da corte, e quando seguo uscita per ritornare da me, l'ho vista in treno di baciare un ragazzo, quando lei la mia vista, la sola cosa che mi è detta questo è : Affligga Emi, ma ho trovato il mio nuovo colpo di cuore, non mi voglio allora troppo! ero talmente male lei mio umiliata, da, non arrivo a dare un secondo fortuna all'amore ( Sa remonte il y a un an de sa, je vennais de sortir de cour pour rentrer chez moi, et je l'aie vue en train d'embrasser un mec, et la seule chose qu'elle est trouvée à me dire c'est : Désolé Emi, mais j'ai trouvé mon nouveau coup de coeur, alors ne m'en veux pas trop ! j'étais tellement mal , elle ma humiliée, depuis je n'arrive plus à donner une seconde chance à l'amour )

je l'aie écouter sans rien dire, peiné de ses propos, je lui caresse doucement la paumette, et lui sourit afin de lui faire comprendre, que je ne me moquerais pas d'elle.

- Grazie per la tua franchezza, è vero che le ragazze possono essere crudeli tanto quanto i ragazzi, ma comprendo, ciò fa un anno che non seguo più in coppia, non si sentiva si più dopo sei anni di unione noi hanno rotto ( Merci de ta franchise, il est vrai que les filles peuvent être aussi cruel que les mecs, mais je comprend, cela fait un an que je ne suit plus en couple, on ne s'entendais plus après six ans d'union nous avons rompue )

Je la voie me sourire, j'approche mes lèvres de son front et les posa délicatement. Je ne sait pas se qui me prenait d'un coup, mon corps c'était élancé vers l'avant automatiquement, comme pour prouver à Emi que je comprenais sa detresse. Mais dans un sens je me sentait bien ainsi près d'elle, mon cœur faisait des sienne contre ma cage toracique. Je sent ses bras s'enrouler autour de mon dos.

- Grazie Zane, sei veramente una ragazza geniale, ed io amerei diventare molto il tuo amico. ( Merci Zane, tu est vraiment une fille génial, et j'aimerais beaucoup devenir ton ami. )

je me détache doucement d'elle, l'observe longuement et tendrement, lui offrant un sourire chaleureux, et lui répond :

- Ma per me, sei già un'amica preziosa ( mais pour moi, tu est déjà une amie précieuse )

ont s'échange un sourire, et elle me dis en se levant :

- Si sarà il nostro piccolo segreto ( se sera notre petit secret )
- un segreto in comune ( un secret en commun )

Emi me fit son plus beau sourire, et me tira la main afin de me traîner vers nos classe. Arrivé devant sa salle de classe, nos mains se lâchèrent avec regret, et je lui dis en un clin d'oeil :

-A fra poco principessa ( à tout à l'heure princesse )
- A fra poco ^^ ( à tout à l'heure ^^ )


Je lui adresse un dernier signe de la main, et parti vers ma salle de cour. Tout au long de ce dernier, je ne fut point concentrer sur la leçon, mon regard était perdu dans l'horizon, et mes pensées étaient tout es reliée à Emi, que je ne pouvais m'empêcher de penser. Ah... Vraiment j'ai hâte d'en apprendre plus sur elle.

vela la fine di questo primo capitolo, ringrazio quella che ha tradotto il mio testo ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une histoire peut-elle commencer ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boutin peut-elle remplacer les blagues Carambar ?
» La résine peut elle fondre ?
» histoire réelle d'une expression
» La vraie histoire de la fondation de Marseille
» Renesmée pourra-t'elle avoir des enfants?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Code Lyoko :: Hors Code Lyoko :: FanFic Hors Code Lyoko-
Sauter vers: